Tribunes & Focus

Les Tribunes - 14 mai 2021

« Après le virage ambulatoire, le virage domiciliaire : attention danger » (Tribune)

Veille acteurs santé_tribune Leduc_Après le virage ambulatoire, le virage domiciliaire
Tribune rédigée par Philippe Leduc, initialement publiée sur le blog du Think Tank Economie Santé.

Bien négocier le virage ! La métaphore est-elle bien opportune ? C’est ce que prône l’Exécutif quant à l’autonomie des personnes âgées : privilégier le domicile. L’expérience d’un autre virage, celui de l’ambulatoire appelle à la vigilance.

Les personnes qui gagnent en âge veulent rester chez elle pour la très grande majorité. La consultation « Comment améliorer la place des personnes âgées dans notre société? » vient une nouvelle fois de le démontrer. L’encouragement du bien vieillir « chez soi » pour les aînés, avec des domiciles et services adaptés, des EHPAD rénovés et ouverts sur l’extérieur ainsi que de nouvelles formes d’habitat, est plébiscité par les citoyens.

Dr Philippe Leduc, médecin, journaliste santé et auteur du blog Think Tank Economie santé, groupe Les Echos.
Dr Philippe Leduc, médecin, journaliste santé et auteur du blog Think Tank Economie santé, groupe Les Echos.

La crise du Covid-19 a accentué encore la prise de conscience. La création de la 5 ème branche « autonomie » de la Sécu en août dernier est une réponse décisive. Mais on attend toujours une nouvelle loi pour définir en particulier le financement de cette nouvelle protection. La CNSA, en charge de cette 5ème branche, propose de lui consacrer 0,28 point de CSG, donc un nouvel impôt.

Auditionnée par le Sénat le 12 mai, la Ministre de l’Autonomie – Brigitte Bourguignon – a peu ou prou confirmé ses propos tenus dans les Echos du 10 mai : « Les crédits votés et le virage domiciliaire vont permettre de réduire le coût de la réforme à 3 Md€ par an« , au lieu de 10 Md€ en 2030 selon le rapport Libault.

Une adaptation sociétale et culturelle

Il ne s’agit donc pas seulement d’une réforme technique mais d’une adaptation sociétale – souhaitée par les français – qui implique un changement culturel, comme le souligne la Ministre à juste raison.

Et c’est là qu’avec les difficultés, les retards et les ratés du virage ambulatoire, depuis une dizaine d’années, pour favoriser les soins de proximité « en ville » et réduire ceux en établissements, on voit la limite du projet. Car une évolution sociétale et culturelle, cela prend du temps et cela nécessite des financements importants.

Le danger est que ne soient pas pris à leur juste mesure les importants efforts nécessaires à cette transformation.

Lire la tribune sur le blog du Think Tank Economie Santé



Lire les précédentes tribunes de Philippe Leduc parues sur la Veille :

Ajouter un commentaire