Tribunes & Focus

Les Tribunes - 19 février 2021

Philippe Leduc : « le Covid-19 aura-t-il raison du financement bancal de la Sécu ? »

Tribune Philippe Leduc : le Covid-19 aura-t-il raison du financement bancal de la Sécurité sociale ?

Tribune rédigée par Philippe Leduc, initialement publiée sur le blog du Think Tank Economie Santé.

On le sait, le plongeon des comptes de la Sécu est sans commune mesure avec ceux observés lors des récentes crises en 1993 et 2009. 50 Md€ pour de déficit pour la Sécu dont 34 pour l’Assurance maladie vient de rappeler le HCFIPS* qui s’interroge sur la gestion de la dette passée et la trajectoire des comptes courant à venir dans un rapport édifiant. Les ressources de la protection sociale, c’est plus de 820 Md€.

Dr Philippe Leduc, médecin, journaliste santé et auteur du blog Think Tank Economie santé, groupe Les Echos.
Dr Philippe Leduc, médecin, journaliste santé et auteur du blog Think Tank Economie santé, groupe Les Echos.

Certes, la situation est exceptionnelle. C’est un révélateur. Le retour au quasi équilibre des comptes de l’assurance maladie en 2019 s’est fait à marche forcée, sans réformes de structure.

Il a déstabilisé le système de santé et suscité inquiétude, souffrance et colère dans le monde hospitalier. Les économies d’un jour sont les dépenses du Ségur de la santé.

Et si jamais la Sécu a des excédents, ils sont transférés à l’État, en toute illogisme.

La crise actuelle liée à la Covid-19 doit être l’occasion de repenser le financement de la protection sociale. Il résulte d’un empilement complexe de mesures depuis plus d’un siècle et le retour de l’Alsace-Lorraine dans le giron national avec son système Bismarckien reposant sur les cotisations du travail.

Simplicité et lisibilité, solidarité et soutenabilité

L’enjeu comme cela a été martelé lors d’un récent débat au Conseil d’État par son Vice-Président, Bruno Lasserre, se décline en trois objectifs. La simplicité et la lisibilité, la solidarité et la soutenabilité.

En fait il s’agit de mettre plus de cohérence pour un pilotage plus fin et rationnel et une implication démocratique. Qu’est-ce qui relève de la solidarité et de l’universalité et ainsi de la fiscalité ? Qu’est-ce qui relève de l’assurance et donc des cotisations ? Et par-là même qui gouverne ? Celui qui paye décide ?

Quant à l’Ondam** qui répartit la manne financière, sa refonte engagée pour plus de clarté, de pertinence et de responsabilisation doit être accélérée.

*Haut Conseil du financement de la protection sociale
**Objectif national des dépenses d’assurance maladie

Lire la tribune sur le blog du Think Tank Economie Santé

 



Lire les précédentes tribunes de Philippe Leduc parues sur la Veille :

Ajouter un commentaire