Tribunes & Focus

Les Tribunes - 1 juillet 2021

Le « no-sport » n’est pas une fatalité (Tribune)

Veille acteurs santé_Le no-sport n’est pas une fatalité_Tribune_Philippe Leduc

Tribune rédigée par Philippe Leduc, initialement publiée sur le blog du Think Tank Economie Santé.

Une étrangeté de plus. Le sport et l’activité physique adaptée (APA) ont démontré leur efficacité en prévention primaire, secondaire et tertiaire. Mais leur diffusion et appropriation marquent le pas. Alors que ce n’est pas cher, sans risque et que cela peut rapporter gros, tant au niveau individuel que collectif. Pourquoi ? C’est la question à laquelle répond l’excellent dossier de juin de la Revue ADSP*.

Dr Philippe Leduc, médecin, journaliste santé et auteur du blog Think Tank Economie santé, groupe Les Echos.
Dr Philippe Leduc, médecin, journaliste santé et auteur du blog Think Tank Economie santé, groupe Les Echos.

Les efforts n’ont pas manqué. L’activité physique apparait dans les politiques publiques  comme déterminant de santé dès 2001. La HAS en 2011 la reconnait comme une thérapeutique non médicamenteuse validée.

La loi en 2016 instaure sa prescription médicale pour les patients en ALD. De nouvelles compétences professionnelles sont créées. Des maisons sport-santé se développent, de même que des guichets territoriaux uniques qui mettent en relation des prescripteurs d’APA, les personnes concernées et les lieux de sa dispensation, dans une offre graduée.

Le Covid pourra servir de révélateur et d’accélérateur

Là aussi, le Covid pourra servir de révélateur et d’accélérateur. Car les pathologies chroniques sont un facteur aggravant et l’APA pourrait être utile dans le Covid long.

Comment donc accélérer ? Certes pas par des injonctions ou exhortations qui peuvent être contreproductives pour les malades chroniques pour lesquels la seule gestion de leur pathologie est en soi un défi. L’engagement est motivé par le plaisir et l’intérêt qu’on y trouve.

La solution est évidemment multifactorielle en associant le rôle des praticiens (assurément pas assez motivés), le niveau local avec des interventions à différents niveaux devant être coordonnées. Pour une activité physique attrayante et commode, au départ planifiée pour devenir une routine. Le financement doit aller au-delà de ce que prévoit le décret du 24 décembre 2020 dans le cadre du traitement du cancer et être composite tout en restant simple.

Face au péril du vieillissement et de la perte d’autonomie, de l’explosion des maladies chroniques, du coût de la santé, du piètre résultat de la France en termes d’espérance de vie en bonne santé, ne pas profiter d’une solution aussi efficace et somme toute peu chère est bien étrange.

*Le sport. Nouvelle thérapeutique des maladies chroniques du XXIème siècle. Revue ADSP actualité et dossier en santé publique. Revue du Haut Conseil de la santé publique. Juin 2021.

Lire la tribune sur le blog du Think Tank Economie Santé

 


Lire les précédentes tribunes de Philippe Leduc parues sur la Veille :

Ajouter un commentaire