Tribunes & Focus

Les Tribunes - 18 juin 2021

Après l’ARS bashing : l’ARS stimulus (Tribune)

Tribune rédigée par Philippe Leduc, initialement publiée sur le blog du Think Tank Economie Santé.

Il y aura manifestement un avant et un après Covid-19 pour les Agences Régionales de santé. Il y a un an à la fin de la 1ère vague, les critiques étaient vives. Elles venaient de partout. En particulier du Sénat.

Dr Philippe Leduc, médecin, journaliste santé et auteur du blog Think Tank Economie santé, groupe Les Echos.
Dr Philippe Leduc, médecin, journaliste santé et auteur du blog Think Tank Economie santé, groupe Les Echos.

Au cours d’un débat fin mai 2020, il était reproché aux ARS « de ne pas être organisées pour l’urgence, d’être en conflit avec les préfets, d’être des colosses entravés, mal nées, manquant de proximité, opaques, d’être coûteuses et de pratiquer en excès des contrôles ». Certains voulaient même les supprimer et donner leurs prérogatives soit aux Préfets soit aux Régions, selon le tropisme Jacobin ou Girondin.

L’ambiance a aujourd’hui complétement changé. Le rapport de la MECSS* de l’Assemblée nationale qui va être publié très prochainement valide in fine le bien-fondé des ARS. Et ainsi les renforce.

 

Un bilan des ARS en demi-teinte

Mais attention, à certaines conditions. Le bilan des ARS, 10 ans après leur création, étant jugé en demi-teinte. Deux mesures principales s’imposent aux yeux des parlementaires. D’abord un renforcement de l’échelon départemental pour favoriser la proximité avec les acteurs et les élus locaux.

L’Auvergne-Rhône-Alpes et le Grand-Est consacrent plus de la moitié des effectifs aux délégations départementales. Les Hauts-de-France et la Bourgogne-Franche-Comté un quart environ. L’Yonne « très en retard » parait bien dépourvue alertent-ils !

Ensuite, instaurer une co-présidence du Conseil de surveillance des ARS, partagée entre le Préfet de Région et le Président du Conseil régional. Au total, vingt-trois propositions concrètes visent à ce que « les ARS trouvent enfin leur place au sein de notre système de santé. » Un vrai stimulus.

Un pilotage territorial unifié dans un cadre national 

Un point majeur : le pilotage territorial unifié mais dans un cadre national est réaffirmé avec force par les deux rapporteurs, l’une de Seine-Maritime, l’autre de Sarthe. Et ils ne sont pas favorables à la création d’un Ordam, objectif régional des dépenses d’assurance maladie. Enfin, ils lancent une pierre dans le jardin de Santé publique France dont le rôle en région est à leurs yeux « obscur », « sans aucune déclinaison des actions de prévention ».

*MECSS, Mission d’évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale de l’Assemblée nationale. Présidente : Annie Vidal (LaREM, Seine Maritime). Rapporteurs : Agnès Firmin Le Bodo (Agir Ens, Seine-Maritime) & Jean-Carles Grelier (LR, Sarthe)

Lire la tribune sur le blog du Think Tank Economie Santé

 


Lire les précédentes tribunes de Philippe Leduc parues sur la Veille :

Ajouter un commentaire