Tribunes & Focus

Les Contrepoints de la Santé - 17 octobre 2020

Le Service d’accès aux ‪soins‬‬, une panacée ?

Confirmée par Olivier Véran à l’issue du Ségur de la Santé, la mise en route du Service d’accès aux soins (SAS) – plateforme promise par Agnès Buzyn pour réguler en amont les appels d’urgence des Français – se fait encore attendre. Les hôpitaux et associations de patients avaient pourtant réclamé au gouvernement la mise en place rapide de ce dispositif. Alors qu’est-ce qui bloque ? Jacques Battistoni, président de MG France, et François Braun, Président de Samu-Urgences de France, ont fait le point dans les Contrepoints de la Santé, le 16 octobre, face aux journalistes Pascal Maurel, Philippe Leduc et Renaud Degas. Un débat dont nous étions partenaires média.

 

Il y a un an était annoncé la création d’un « service universel pour répondre à toute heure à la demande de soins des Français » : « le service d’accès aux soins ». « Accessible, par téléphone et en ligne il reposera sur un partenariat entre professionnels hospitaliers et libéraux », précisait le ministère des Solidarités et de la Santé.

L’urgence du SAS face à la Covid-19

Un rapport sur la refondation des urgences a été rendu en décembre 2019 proposant un guichet unique… et depuis rien ou pas grand-chose. Bien sûr, du fait de la crise sanitaire liée à la Covid-19… mais justement c’est d’autant plus urgent, comme le faisait remarquer la FHF, France Assos Santé et l’ensemble de la communauté hospitalière en juillet dernier.

« En structurant l’aide médicale d’urgence et les soins de ville non programmés, le SAS permettra à la fois d’améliorer le parcours du patient et de contribuer au désengorgement des services d’urgences. Cette mesure est indispensable pour parer à l’éventualité d’une seconde vague épidémique », insistaient-ils.

77 % des Français favorables au SAS

Les Français eux-mêmes sont favorables au SAS : 77 % reconnaissent qu’ils se rendraient moins systématiquement aux urgences s’ils pouvaient joindre par téléphone ou internet un tel service au préalable, selon un sondage BVA Santé réalisé pour les Contrepoints de la Santé et présenté par Odile Peixoto.

 

Voir les précédents Contrepoints de la Santé

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *