Tribunes & Focus

La Veille sur BFM Business - 14 novembre 2021

Parcours de soins des patients: va-t-on enfin réussir à en terminer avec le parcours du combattant  ? (Chronique)

CheckupSanté_Ca bouge chez les acteurs de santé_2021-11-13_Renaud Degas_Fabien Guez_7

Chronique de Renaud Degas, journaliste et directeur de La Veille Acteurs de santé, sur le plateau de l’émission Check-up santé, animée par Fabien Guez sur BFM Business et diffusée le 13 novembre 2021 et disponible en replay.

La question est posée depuis de très nombreuses années : est-il normal que ce soit le patient lui-même qui gère son parcours de soins et non les professionnels de santé qui le prennent en charge en ville ?  

La réalité, c’est que le patient joue le rôle du facteur ou du messager : c’est lui qui apporte son dossier médical à chacun de ses médecins ou soignants, c’est lui qui informe son spécialiste de ce que lui a prescrit son généraliste et vice-et-versa, c’est lui qui explique à son kiné ce que veut son médecin au-delà de l’ordonnance, c’est lui qui gère son planning de soins, etc. Je sais qu’en dressant ce tableau, je vais en faire bondir plus d’un.

J’avoue que c’est en effet une caricature… Mais cette caricature correspond encore trop souvent au quotidien de trop de patients. L’enjeu n’est pas que cela se passe bien sur tel ou tel territoire, mais bien que cela soit une donnée de base pour tous les patients.

CheckupSanté_Ca bouge chez les acteurs de santé_2021-11-13_Renaud Degas_Fabien Guez_3

Santé numérique, économie et acteurs

Y-a-t-il une solution ? Ne l’aurait-on pas trouvée depuis le temps que l’on se heurte à ce problème.

Si l’on en croit les nombreux articles, les mails promotionnels et les publicités des éditeurs de logiciels diffusées depuis plusieurs années, c’est la technologie qui va nous sauver. Oui, le digital change la donne et oui, il permet de disposer des bons outils pour avancer sur le sujet. Mais, même s’il bouscule les organisations, le digital n’est qu’un pourvoyeur d’outils. Encore faut-il les utiliser. Or la clé comme toujours, ce sont les hommes. Et donc, en ce qui concerne notre sujet d’aujourd’hui, les professionnels de santé de ville.

CheckupSanté_Ca bouge chez les acteurs de santé_2021-11-13_Renaud Degas_Fabien Guez_2

Comme souvent, le sujet est économique. Et c’est légitime. Est-on prêt à payer les professionnels de santé pour le temps et les investissements qu’ils doivent faire pour se coordonner afin de gérer et faciliter le parcours de soins de leurs patients ?

Après des années d’hésitation, la réponse semble aujourd’hui être oui. L’Assurance maladie est en passe de mettre plusieurs millions sur la table. La somme est en cours de négociation avec les professionnels de santé à propos des Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), dans le cadre des négociations ACI-CPTS.

Pour ceux qui n’auraient pas suivi le sujet CPTS, mais sans entrer dans les détails, il s’agit d’une structure assez légère qui regroupe les professionnels de santé d’un même territoire. Elle doit leur permettre de s’organiser entre eux afin de fluidifier les parcours de soins. Le gouvernement souhaite que tout le territoire français soit rapidement couvert par près de 1 000 CPTS.

Est-ce la solution miracle ? Sur le plan de la structure, il est trop tôt pour se prononcer. Certains affirment que les CPTS sont des « machins » administratifs qui vont faire pschitt. On verra. En revanche le fait d’investir dans la coordination pour faciliter les parcours de soins est indispensable. C’est une condition nécessaire, mais pas suffisante.

CheckupSanté_Ca bouge chez les acteurs de santé_2021-11-13_Renaud Degas_Fabien Guez_1

Créer les conditions d’une bonne coopération entre professionnels de santé

Il y a en effet d’autres problèmes à résoudre pour créer les conditions d’une bonne coopération entre professionnels.

Ainsi, la question des transferts ou de partages de tâches « pourrit » littéralement les relations entre professionnels de ville depuis des années et installe une défiance entre eux, ce qui nuit forcément, au-delà de tel ou tel contre-exemple local, à une dynamique de coopération généralisée.

Le dernier exemple en date est celui du dépistage et de la vaccination contre la Covid-19. L’arrivée des pharmaciens d’officine sur ce terrain a très sérieusement tendu les relations avec les autres professionnels de santé traditionnellement chargés de ces tâches ; je pense aux biologistes médicaux, aux médecins ou aux infirmiers de ville.

CheckupSanté_Ca bouge chez les acteurs de santé_2021-11-13_Renaud Degas_Fabien Guez_6

On peut considérer que l’entrée en jeu des pharmaciens répondait à une réelle nécessité de santé publique pour la lutte contre la pandémie. Mais on peut aussi comprendre que cela suscite des craintes de pertes d’activité et donc de revenus pour ceux qui voient arriver de nouveaux concurrents. Non pas pour la période Covid, mais pour après.

Je m’arrête là, c’est un sujet que l’on développera très certainement une autre fois. Mais il est essentiel pour comprendre certains blocages entre professionnels de santé.

Donc les choses bougent. Des pas incontestables sont faits pour améliorer la coordination et la gestion des parcours de soins. Mais il reste encore des points importants à traiter pour régler définitivement ce problème.

(Re)voir la chronique en vidéo (à 14’20)

 

Ajouter un commentaire