Tribunes & Focus

La Veille sur BFM Business - 20 janvier 2020

Faut-il un Grenelle de la Santé ?

Ce week-end, dans BFM Life sur BFM Business, Les Experts de la Santé sont revenus sur la menace de plus de 1000 médecins (dont 600 chefs de service) de démissionner de leurs fonctions administratives.

 

 

Près de 1 200 médecins hospitaliers menacent, au 31 janvier, de démissionner de leurs fonctions administratives. Ils souhaitent rencontrer la ministre de la Santé et réclament davantage de moyens pour sauver l’hôpital public. Ils jugent les annonces successives du Gouvernement insuffisantes et appellent à la tenue d’un Grenelle de la Santé.

« C’est un geste politique très fort, un acte grave et ultime », ont expliqué, en conférence de presse, certains démissionnaires issus du Collectif inter-hôpitaux, qui indiquent agir « la mort dans l’âme mais pour alerter sur la situation dramatique de l’hôpital ».

Une crise structurelle

Pour Roland Michel, délégué général de Stratégie Innovations Santé et invité de BFM Life, c’est un « avertissement de plus » dans « une crise de l’hôpital devenue structurelle », laquelle résulte d’une baisse permanente du budget et d’une multitude de réformes sans vision claire.

« Il y a effectivement un problème de lisibilité, de sens », acquiesce Renaud Degas, journaliste et éditeur de la Veille des acteurs de la santé. Le manque de stratégie à long terme engendre du désarroi auprès des professionnels de santé, qui ont dès lors le « sentiment que le sol se dérobe sous leurs pieds » et d’exercer dans des conditions où l’éthique n’a plus beaucoup de place, analyse-t-il.

Un nouveau schéma

« Ils ne refusent pas le mouvement » ; il ne s’agit là d’un « baroud d’honneur de vieux résistants de l’hôpital public », constate le journaliste. Le monde change. La population vieillit, les pathologies chroniques explosent. Ils aspirent simplement à ce que l’hôpital retrouve sa place dans ce nouveau schéma. Avec deux questions cruciales : « où on va et comment on s’organise ? »

Sans compter que « nous n’avons pas réussi à mettre en place un premier recours efficace », complète Roland Michel, qui rappelle que « l’hôpital n’a pas pour rôle de prendre en charge les soins de proximité ». Il faut un Grenelle de la santé oui, « mais pas seulement », conclut-il.

Ajouter un commentaire