Tribunes & Focus

Les Focus - 21 novembre 2019

Enquête BVA-JIB2019 : le rôle et la place des biologistes médicaux vus par eux-mêmes et les Français

Les Français font confiance à leur laboratoire de proximité et veulent une plus grande implication des biologistes médicaux dans leur prise en charge. C’est l’un des enseignements du sondage réalisé par l’institut BVA dévoilé en ouverture du congrès des Journées de l’innovation en biologie (JIB) 2019 le 21 novembre.

 

Une proximité du quotidien bien réelle…

Confiance et proximité. Parmi les 96% des sondés qui ont déjà fait un prélèvement en vue d’un examen de biologie médicale, 82% l’ont réalisé dans un laboratoire de biologie médicale. A noter que 66% d’entre eux ont un temps de trajet inférieur ou égal à 15 minutes pour se rendre au laboratoire le plus proche de chez eux (et 30 % ont un trajet de moins de 15 à 30 minutes). Les laboratoires de biologie médicale de proximité font partie du quotidien des français

… mais un déficit de contact avec le biologiste

Cette proximité ne s’accompagne cependant pas d’une grande connaissance de son biologiste. Seulement 19 % des Français échangent de temps en temps avec un lui sur leurs résultats d’examens de biologie médicale.

Une situation assez logique lorsque l’on constate que 73 % des personnes sondées ne savent pas qu’il leur est possible d’avoir un échange oral avec un biologiste ou un compte-rendu écrit interprété de sa part pour les aider à comprendre leurs résultats. Un chiffre très intéressant à comparer au fait que, de leur côté, les biologistes médicaux sont 78% à penser, visiblement à tort, que les patients savent qu’ils peuvent les solliciter pour avoir une interprétation de leur résultat. « C’est certainement un des principaux axes de progrès que la profession doit mettre en œuvre auprès des patients, reconnaît François Blanchecotte, Président du comité d’organisation des JIB. Certains d’entre nous le font naturellement et sont bien connus de leurs patients, mais il faudrait que cela soit le cas partout. Dans tous les laboratoires, les biologistes médicaux doivent être visibles, identifiés et accessibles. Cette présence et ce contact sont indispensables pour faire comprendre à tous l’importance médicale de notre rôle dans le parcours de soins. »

Des Français en attente vis-à-vis des biologistes médicaux

Ce renforcement de la présence du biologiste médical dans son laboratoire au contact de patients serait bien reçue, d’autant que 83 % des Français sont favorables à une implication plus importante des biologistes médicaux dans l’interprétation de leur résultat et qu’ils sont 72% à considérer que leurs missions pourraient être élargies (droit de prescription de certains traitements, d’examens de biologie médicale complémentaires, consultation de prévention ou de dépistage, etc.).

Un malaise profond chez les biologistes médicaux

L’institut BVA a également interrogé les biologistes sur leur vision de leur profession. Le malaise semble profond. Seuls 15% des biologistes médicaux sont optimistes sur l’avenir de leur métier et 41% réfléchissent même à une réorientation de leur activité professionnelle. La pression des tutelles, le discours qui sous-entend que l’on peut tout à fait se passer d’eux et les remplacer par des robots, des algorithmes et des ingénieurs de laboratoires, est minant. La restructuration est également une grande source d’inquiétude, 93% d’entre eux étant inquiets du fait du mouvement de concentration

La médicalisation, vue comme la solution

Les biologistes médicaux restent pourtant persuadés que leur profession aurait du sens et une grande utilité aujourd’hui et demain pour la prise en charge des patients. Ils sont 73% à penser que faire du biologiste médical un acteur incontournable dans la prise en charge des patients est la priorité la plus importante.

Ils sont mêmes très clairs sur l’extension de leur rôle, puisqu’une écrasante majorité sont favorables à leur intégration aux équipes pluridisciplinaires des maisons de santé ou des équipes de soins spécialisés, à leur intervention sur le choix des examens à réaliser sur la base d’un référentiel, à leur rôle dans le décryptage des résultats des patients… Et 70% se sentent tout à fait légitime pour proposer aux patients des examens préventifs ou des dépistages. Bref, les biologistes médicaux, comme les patients, sont encore très largement convaincus du potentiel de leur profession et restent combatifs.

 


En savoir +


La Veille des acteurs de la santé sont partenaires média des JIB 2019


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *