Tribunes & Focus

La Veille sur BFM Business - 29 octobre 2019

Plan pour les aidants : une réponse à la hauteur ?

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, ont dévoilé, le 23 octobre, leur stratégie en faveur des 8 à 11 millions de personnes qui, en France, soutiennent un proche en perte d’autonomie pour des raisons liées à l’âge, à un handicap, à une maladie chronique ou invalidante. L’objectif : reconnaître le rôle des proches aidants mais aussi améliorer leur qualité de vie. Un besoin d’autant plus criant que 52% d’entre eux travaillent par ailleurs.

 

Le replay de l’émission du 27 octobre est disponible ici, à 16’48

 

Au total, « 6 priorités et 17 mesures » ont été adoptées par le Gouvernement, pour la mise en oeuvre desquelles 400 millions d’euros seront débloqués. Parmi elles :

  • le renforcement et la diversification des solutions de répit pour les aidants ;
  • la mise en place d’un numéro téléphonique national de soutien des proches aidants dès 2020 ainsi que d’une plate-forme numérique d’ici 2022 ;
  • la création, dès octobre 2020, d’un congé de proche aidant pour les salariés, les indépendants, les fonctionnaires et les chômeurs indemnisés ; limité à 3 mois ouvrés sur l’ensemble de la carrière, il sera rémunéré 43 euros par jour pour les personnes vivant en couple et 52 euros par jour pour une personne seule ;
  • la formation des personnels de l’Éducation nationale au repérage des jeunes aidants ;
  • etc.

La réponse est-elle à la hauteur des enjeux ? Renaud Degas, journaliste et directeur de La Veille des acteurs de la santé, et Nathalie Coutinet, économiste de la santé à l’Université Paris 13, se sont penchés sur le sujet dans « les Experts de la santé », une séquence de l’émission BFM life diffusée chaque week-end sur BFM Business.

Un plan à articuler avec la futur loi vieillissement

Nathalie Coutinet a ainsi salué la rémunération des aidants et le déblocage de fonds pour les solutions de répit. Elle n’est toutefois « pas sûre que ce soit suffisant ». En effet, a-t-elle pointé, le congé proposé est limité dans le temps et les places en structure d’accueil pour les personnes âgées ou handicapées ou les jeunes enfants restent difficiles à trouver. En outre, « la réponse à tous les problèmes n’est pas nécessairement la création d’une plate-forme », a-t-elle jugé.

Pour Renaud Degas, ce plan pour les aidants répond à un certain nombre de demandes des familles mais aussi des associations qui œuvrent au quotidien sur le terrain. Il devra toutefois être articulé avec la loi sur le vieillissement, le grand âge et l’autonomie, afin d’apporter des solutions concrètes en termes d’hébergement et d’accompagnement à domicile. Par ailleurs, ce plan « traduit une nécessaire mutation de l’ensemble de notre société au vieillissement de la population », conclut le journaliste.

 

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *